L'Histoire de "Liberté du Judaïsme"

En octobre 1987  un groupe d’une dizaine de personnes créait  l’association Liberté du Judaïsme, pour un judaïsme de l’accueil sous la direction de Jean Torstein, Elie Garbarz et Claude Kolinka

 dans le but "de favoriser l’accueil des Juifs de France éloignés des organisations religieuses, pour les rassembler dans la convivialité afin de consolider leur identité juive et intégrer les couples mixtes et leurs descendants".

A  partir de 1994, Doris Bensimon, bien connue par ses études sur l'histoire et la sociologie des communautés juives pris le relais des fondateurs et devint Présidente de l'Association jusqu'à la veille de sa mort en fin de 2009. A sa suite, Marlène Celemajer jusqu'en 2011, puis Simone Simon depuis cette date ont assumé cette Présidence.

 Cinq idées avaient conduit à la création de LdJ :

  1. Le juif laïque existe : une notion contestée par bien des gens mais qui au fil des années a fait son chemin.
  2. On n'est pas juif tout seul : nous vivons dans le monde et nombre de Juifs ont des conjoints non-juifs que nous voulons accueillir
  3. Dans le domaine des opinions, la répartition ne se fait pas seulement sur un axe droite-gauche mais également sur un axe religieux-non religieux.
  4. La religion juive est un fait que les non croyants doivent prendre en compte.
  5. La culture juive ne peut  ignorer la religion, mais inclut également les langues du peuple juif, son histoire bien souvent tragique, ses littératures, ses musiques et ses créations artistiques dans leur diversité.

 Dès sa création LdJ a noué des contacts au niveau international, avec en particulier, la Fédération Internationale des Juifs Humanistes et Laïques (FIJHL) et a participé  aux différents Congrès de cette Fédération  qui se sont tenus successivement à Chicago, Jérusalem, Moscou, Bruxelles. En 1996 le Congrès de la Fédération qui s'est tenu à Paris à été conjointement organisé par LdJ  et l'AJHL(1) à la Sorbonne.

Des voyages ont été organisés en France et à l’étranger : Bruxelles, Rouen, Troyes, Ferrare. Un séminaire a été organisé à Blois en 1990 avec la participation de quatre-vingt personnes et des Assises pour un Judaïsme laïque se sont tenues avec un grand succès au Sénat à Paris en 1991.

Dans un esprit de convivialité LdJ a organisé des rencontres  à l'occasion de fêtes de Pourim, de Hanouka, de Pessah, fêtes qui marquent des étapes de l'histoire juive, ainsi que des visites collectives d'expositions, des randonnées pédestres et des sorties au théâtre. Nous nous retrouvons chaque mois avec plaisir et intérêt pour des conférences, axées ces dernières années sur une thématique annuelle.

Du coté des médias, LdJ a participé sur "Radio J." à des émissions sur Judaïsme et laïcité  et publie tous les deux mois depuis 1990 un bulletin  "La Lettre de L.d.J.",  pour informer sur nos activités, refléter les événements marquants de la vie juive en France et à l’étranger, et faire connaître l’opinion de nos adhérents et de  l’équipe dirigeante de LdJ.

Depuis 2010 LdJ s'est joint à d'autres associations juives laïques pour créer le RAJEL (Réseau des Associations Juives Européennes et Laïques)

Vingt cinq années donc avec des difficultés bien sûr, des amis qui nous ont quittés mais aussi de grands bonheurs et de belles réussites. Sur la douzaine d’associations juives laïques créées depuis les années 1950 quelques-unes ont disparu, la nôtre se maintient grâce à l'activité d'un Comité d'Administration et d'un Bureau renouvelés tous les ans lors des assemblées générales, au soutien de nos adhérents, et à des objectifs qui n'ont pas varié depuis sa création.

  1. AJHL : Association des Juifs Humanistes et Laïques